Nouvelle chronique pas d’chronique.

Par Catherine B.

__________________________

Les jeunes.

Vos caboches se portent bien? OUI OUI OUI je vous pose cette question pour éventuellement dire que MOI ça roule dans ma boule.

Tsé quand tu es confronté à un choix. Ouin, tsé.

Après avoir fais le pour et le contre, après en avoir jasé avec la terre entière, après avoir BEAUCOUP dormi dessus…la seule chose qui te reste c’est d’écouter ta petite voix. Mais moi ma petite voix elle me dit, « T’as faim pis y’a pu rien dans l’frigo Beaulieu » « T’as l’goût de te faire couper les cheveux mais à cause que t’as écris sur un blogue pis que 40 personnes sont au courant, tu l’feras pas avant septembre » «Ta chambre est en bordel Beaulieu » « Yo Beaulieu, c’est quand même fou qu’on soit capable de marcher sur le sol sans flotter, c’quand même fou la gravité and shit… »… Read More

Parle de ton caca, pour un « roadtrip » réussi.

Par Catherine B.

_________________

Jeunesse ! Ô jeunesse !

Comment vas-tu ?

Moi…Ehhhh ça va s’passer comme dirait l’paternel.

J’reviens des baleines, c’tai fou. J’ai vu des chooooses là-bas mon ami.

Je suis partie avec 3 beautifuuules amies pis on a fait le tour d’la Gaspésie jusqu’au Neww-B…En 3 jours.

Héhé. On est des p’tites vites, nous. Moi, qui ne connais pas grand-chose à la vie, je pensais que c’était normal de faire ça en 3 jours, mais le monde en qui j’en parle autour de moi semble trouver ceci un tantinet rapide. Mais bon, que voulez-vous, on n’a pas tous la luxure d’avoir 2 semaines de congé, les temps sont dûûrs alors on vit avec.

Ceci t’étant dit, ce périple m’a inspiré un petit article… Read More

Sortir du trou

Par Catherine B.

_______________________________

Il faisait noir, très noir.

C’était humide et sec en même temps.

La seule issue était un tout petit trou en haut de ma tête…il était gros comme ma face et je doutais sincèrement que mes épaules de quart arrière puissent y passer. J’avais froid, vraiment froid. En fait, j’avais frette, c’tai rendu là.

Je n’avais pas faim parce que je mange mes émotions, pis j’avais pleins d’émotions.

C’était étroit, j’pouvais pas faire de jumping jacks, genre.

Mon seul moyen de compter les jours était de suivre le compte des nuits qui passaient, en gardant le calcul sur mes doigts… Comme au primaire quand on apprenait à additionner. Après 10 jours, j’étais dan’marde. J’pas capable de compter sur mes orteils moi… Read More